Ventes des pesticides au Québec : un bilan très positif

En 2018, les agriculteurs québécois ont réduit de façon significative leur utilisation de pesticides, révèle le tout nouveau Bilan des ventes de pesticides du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELLC).

En 2018, les ventes de pesticides pour usage agricole ont chuté de 27,5 % par rapport à 2017, ce qui représente une baisse jamais observée auparavant, note le ministère.

La baisse des ventes agricoles est due à la diminution du commerce du glyphosate (-39 %), de l’atrazine (-58,7 %) et des huiles minérales. Même en considérant tous les herbicides de remplacement potentiels, la variation de leurs ventes n’a pas augmenté, enregistrant même une baisse.

De façon générale, les ventes totales de pesticides déclarées au Québec ont diminué de 14,7 % entre 2017 et 2018. Le milieu agricole compte pour 69,4 % des ventes totales.

De 2017 à 2018, l’indice de pression, c’est-à-dire la quantité d’ingrédients actifs (i.a.) vendus par superficies cultivées, a diminué de 28 %. L’indice de pression du Québec compte parmi les plus bas dans le monde, selon les chiffres de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Les indicateurs de risque pour la santé et l’environnement ont baissé respectivement de 28 % et de 15 % par rapport à la période 2006-2008. Ces résultats sont encourageants et permettent d’atteindre, pour la première année, la cible de réduction de 25 % de l’indicateur pour la santé visée par la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture 2011-2021, souligne le ministère.