L'Écho-Marché - septembre 2023

L'Écho-Marché

 

L'Écho-Marché est le bulletin mensuel du Service d’information sur les marchés. Il fait le point sur les événements du mois qui ont fait réagir le marché des grains. Il est publié le premier jour ouvrable de chaque mois.


Dernière édition : Septembre 2023

Date de publication : 3 octobre 2023

 

LE RAPPORT MENSUEL DE l’USDA

Le rapport n’a pas été très surprenant hormis pour la hausse de la superficie du maïs aux États-Unis modifiant ainsi le portrait du maïs à baissier. Pour le soya, le rapport est légèrement haussier en raison d’un resserrement des stocks américains et d’une demande chinoise très élevée.

 

MAÏS

L’USDA a augmenté la superficie ensemencée du maïs aux États-Unis de 800 000 acres (a) et a abaissé le rendement de 1,3 boisseau à l’acre (bu/a) pour le situer à 173,8 bu/a. La production est quasiment inchangée, en hausse de 23 millions de boisseaux (Mbu) pour s’établir à 15,13 milliards de boisseaux (Gbu). Les stocks ont diminué de 5 Mbu en 2023 et se sont accrus de 19 Mbu en 2024.

La production brésilienne s’est renforcée de 2 millions de tonnes (Mt) pour atteindre un niveau record de 137 Mt. Les exportations de maïs de l’Argentine et du Brésil ont été redressées de 1 Mt chacune : celles du Brésil sont projetées à un niveau record de 57 Mt, contre 52 Mt pour les États-Unis.

 

SOYA

La superficie ensemencée de soya aux États-Unis a été très légèrement redressée de 100 000 a, tandis que le rendement s’est incliné de 0,8 bu/a pour se situer à 50,1 bu/a. La production s’est abaissée de 59 Mbu pour s’établir à 4,15 Gbu. La trituration a été légèrement réduite de 10 Mbu et les exportations ont reculé de 35 Mbu. Les stocks de soya ont diminué de 10 Mbu en 2023 et de 25 Mbu en 2024. Le prix aux producteurs pour 2023-2024 s’est apprécié de 0,20 $ US/bu pour se situer à 12,90 $ US/bu.

Les exportations brésiliennes de soya se renforcée de 1 Mt, atteignant un niveau record de 95 Mt. Les importations chinoises de soya se sont élevées de 1 Mt pour s’établir à 100 Mt, comparativement au niveau record de 102 Mt en 2022-2023.

 

BLÉ

Il n’y a eu aucun changement à l’offre et la demande de blé aux États-Unis. À l’international, la production de blé a été réduite de 3 Mt en Australie, de 2 Mt au Canada et de 1 Mt pour l’Argentine et l’Europe, tandis qu’elle a été augmentée de 1,5 Mt en Ukraine. Les exportations de blé se sont inclinées de 2,5 Mt en Australie, 1,5 Mt au Canada, 1 Mt en Europe et de 0,5 Mt en Argentine, alors qu’elles se sont accrues de 0,5 Mt en Ukraine et de 1 Mt en Russie. Les importations chinoises de blé passent de 12 à 11 Mt. Les stocks mondiaux ont reculé de 7 Mt en 2024.

 


 * Estimations ** Prévisions

Source: USDA - 2 octobre 2023

 


 

 

L'ÉTAT DES CULTURES AUX ÉTATS-UNIS

Les semis de blé d’automne ont débuté en septembre et sont terminés à 26 %. La condition de bonne à excellente s’est maintenue pour le maïs et s’est dégradée de 3 % pour le soya, pour les situer respectivement à 53 % et 50 %. Les récoltes américaines de maïs et de soya ont également commencé : elles sont complétées à 15 % pour le maïs et 12 % pour le soya et elles sont légèrement en avance par rapport à la moyenne des cinq dernières années, malgré le temps sec qui aurait dû favoriser davantage un battage des récoltes plus hâtif. Ce temps sec est inquiétant, car il assèche la principale voie des grains américains vers l’exportation : le fleuve du Mississippi. Son niveau d’eau se rapproche dangereusement du creux historique atteint l’an dernier. À Memphis au Tennessee, le niveau d’eau est à 10,62 pieds sous le niveau normal comparativement à moins 10,81 pieds le 21 octobre 2022.

 

L'UKRAINE ET LA RUSSIE

La Russie a continué de lancer des frappes aériennes, ciblant des infrastructures portuaires et des entrepôts de grains ukrainiens. L’Ukraine a lancé un pari risqué, soit d’exporter des grains par navire dans un corridor maritime autre que celui établi avec la Russie avant leur sortie de l’accord sur les exportations par la mer Noire. Deux bateaux transportant moins de 20 000 tonnes de blé en tout ont quitté des ports ukrainiens. De plus, le 15 septembre, la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie ont annoncé une restriction des importations de grains ukrainiens après que la Commission européenne ait refusé d’étirer la période d’interdiction d’importation de ceux-ci. L’Ukraine a déposé une plainte à l’OMC contre ces trois pays. Or, depuis, l’Ukraine s’est entendue avec la Slovaquie.

 

LA DEMANDE CHINOISE

La demande chinoise en grains américains demeure particulièrement faible cette année en raison de la disponibilité des grains brésiliens à un prix meilleur marché. Les importations pour les huit premiers mois de l’année (toutes origines confondues) se sont accrues de 17 % pour le soya par rapport à l’an dernier et ont reculé de 12 % pour le maïs, pour les situer respectivement à 14,9 Mt et 71,6 Mt. Le prix du maïs est à son niveau le plus bas en trois ans, en raison d’une offre abondante due à l’excellente récolte en Chine ainsi que des importations de maïs brésilien. De plus, la demande de la viande de porc est stable alors qu’elle devrait plutôt être en hausse à cette période-ci de l’année. La raison en est que les ménages chinois sont fortement préoccupés par les incertitudes économiques.

 

L'AMÉRIQUE DU SUD

Au Brésil, les semis sont complétés à 2 % pour le soya et à 25 % pour le maïs de la première récolte, par rapport à l’an passé à 2 % et 28 % respectivement. Les semis se déroulent donc à un rythme comparable à l’année dernière alors que d’excellentes productions de maïs et de soya (record) sont attendues pour 2023-2024. En Argentine, le temps sec est préoccupant pour la production de blé.

 

LA PRODUCTION AU QUÉBEC ET AU CANADA

Le 14 septembre, Statistique Canada a publié ses nouvelles estimations de production. Le portrait est essentiellement inchangé par rapport au mois passé. Les productions de céréales et du canola ont chuté dans l’Ouest canadien en raison du manque de pluies — la baisse a été particulièrement drastique pour l’avoine à cause d’une forte diminution des superficies ensemencées. L’Ontario est censé avoir une récolte record de maïs et des productions très abondantes de soya et de blé. Pour le Québec, les rendements du maïs, du blé et de l’orge se sont légèrement améliorés comparativement aux prévisions du mois d’août. Les productions sont estimées à 3,45 Mt de maïs (avec un rendement de 9,5 t/ha), 1,26 Mt de soya (3,1 t/ha), 277 000 t de blé (3,1 t/ha), 128 000 t d’avoine (2,3 t/ha), 86 000 t d’orge (2,9 t/ha) et 28 000 t de canola (2,1 t/ha).

 

L'ÉTAT DES RÉCOLTES AU CANADA

Dans l’Ouest canadien, les récoltes sont très avancées, en raison du temps sec qui a grandement réduit le rendement, mais a permis d’accélérer le battage et de conserver une belle qualité. En Saskatchewan, en date du 25 septembre, les récoltes sont globalement terminées à 91 % par rapport à la moyenne quinquennale à 73 % : elles sont établies à 96 % pour le blé de printemps, 93 % pour l’avoine, 98 % pour l’orge, 80 % pour le canola et à 64 % pour le soya. Au Manitoba, en date du 26 septembre, les cultures sont généralement récoltées à 76 % comparativement à 64 % pour la moyenne des cinq dernières années : elles se situent à 5 % pour le maïs, à 78 % pour le canola et à 41 % pour le soya. En Alberta, en date du 26 septembre, les récoltes sont généralement terminées à 79 % en regard de 63 % pour la moyenne quinquennale : elles sont estimées à 89 % pour le blé de printemps, à 91 % pour l’orge, à 73 % pour l’avoine et à 62 % pour le canola.

 

L'ÉTAT DES RÉCOLTES AU QUEBEC

Selon le récent rapport sur l’état des cultures de la FADQ, en date du 26 septembre et par rapport aux trois dernières années, les récoltes sont complétées à 63 % pour l’avoine (-21 %), 93 % pour le blé (-3 %), 80 % pour l’orge (-11 %), 6 % pour le soya (-8 %) et à 32 % pour le canola (-14 %). La FADQ prévoit un rendement du soya près de la normale.

   

LE MARCHÉ LOCAL

Les bases du maïs se sont accrues de 0,48 $ US/bu pour livraison immédiate et se sont relativement stabilisées pour livraison nouvelle récolte avec une légère baisse de 0,02 $ US/bu, pour se situer respectivement à 1,15 $ US/bu et 0,02 $ US/bu. La hausse spectaculaire de la base américaine pour livraison immédiate témoigne d’un manque criant de maïs pour l’ancienne récolte alors qu’il a été vendu au rabais une bonne partie de l’année par rapport à Chicago. La base du soya pour livraison à la récolte s’est redressée de 0,07 $ US/bu pour s’établir à -0,39 $ US/bu.

 

 


LES PRIX LOCAUX

Le tableau et le graphique suivants présentent l'évolution du prix au comptant du maïs et du soya par période de livraison.

1- MAÏS ET SOYA

 Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 2 octobre 2023



 SourceMarché local (FAB Ferme), PGQ - au 2 octobre 2023

 

2- CÉRÉALES

Le tableau suivant indique l’évolution du prix courant des céréales et de celui du canola au cours des derniers mois. En consultant directement les diffusions du marché local, vous pourrez observer les prix minimums et les maximums.

Évolution du prix courant des céréales et du canola par mois

Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 2 octobre 2023

 

Rapports à surveiller en septembre :

 

 


 

Service de l'information sur les marchés

Téléphone: 450 679-0540