L'Écho-Marché - Mai 2023

L'Écho-Marché

 

L'Écho-Marché est le bulletin mensuel du Service d’information sur les marchés. Il fait le point sur les événements du mois qui ont fait réagir le marché des grains. Il est publié le premier jour ouvrable de chaque mois.


Dernière édition : Mai 2023

Date de publication : 2 juin 2023

 

LE RAPPORT MENSUEL DE l’USDA

L’USDA a dévoilé son premier rapport sur l’année récolte 2023-2024 donnant ainsi le ton pour la prochaine année de commercialisation. Ce rapport est baissier, étant donné l’offre abondante de grains américains, mais il appert que les marchés ne croient pas aux rendements records pour le maïs et le soya. Les comparaisons sont effectuées avec l’année récolte précédente. De plus, les récoltes argentines peuvent donner l’impression de fortement augmenter par rapport à l’année récolte précédente, alors qu’en vérité, ce sont les récoltes de la présente année récolte qui sont trop faibles en raison de la pire sécheresse en 60 ans.

MAÏS

La production américaine de maïs augmentera de de 11 %, en raison d’un rendement élevé de 181,5 boisseaux à l’acre (bu/a). La demande pour l’alimentation animale sera accrue de 375 millions de boisseaux (Mbu) et les exportations se redresseront 325 Mbu. Les stocks s’élèveront de 57 %. Le prix moyen se dépréciera de 1,80 $ US/bu pour se situer à 4,80 $ US/bu.

La production mondiale est censée s’accroitre de 69,43 millions de tonnes (Mt) en raison d’une augmentation de la récolte en Argentine et de l’Union européenne, entre autres, compensant le recul en Ukraine. Les importations chinoises se redresseront de 5 Mt. Les stocks mondiaux devraient se renforcer de 15,49 Mt.

SOYA

La récolte de soya aux États-Unis haussera de 5 %, en raison d’un très bon rendement de 52 bu/a. La trituration se redressera de 90 Mbu et les exportations reculeront de 40 Mbu. Les stocks de fin se renforceront de 56 %. Le prix moyen s’inclinera de 2,10 $ US/bu pour s’établit à 12,10 $ US/bu.

La production mondiale s’est redressée de 40,17 Mt, en raison d’une croissance en Argentine et au Brésil. Les importations chinoises s’élèveront de 2 Mt pour atteindre 100 Mt. Les stocks mondiaux se renforceront de 21,46 Mt de blé.

 

BLÉ

En raison d’un faible rendement de 44,7 bu/a, la production de blé aux États-Unis n’augmentera que de 9 Mbu. La demande pour l’alimentation fourragère s’accroitra de 15 Mbu et les exportations fléchiront de 50 Mbu. Les stocks devront s’incliner de 42 Mbu pour s’établir à son plus faible niveau en 16 ans. Le prix moyen se dépréciera de 0,85 $ US/bu pour se situer à 8,00 $ US/bu.

La production mondiale se renforcera de 1,5 Mt, car les productions records de l’an passé reviendront à une valeur plus près de la normale, comme en Russie et en Australie. La production ukrainienne baissera de 4,5 Mt en raison de la guerre. Toutefois, ces baisses de production seront compensées par la croissance de la récolte en Argentine, au Canada, de l’Union européenne et en Chine. Les importations chinoises réduiront de 3 Mt. Les stocks mondiaux fléchiront de 1,94 Mt.

 


 * Estimations ** Prévisions

Source: USDA - 9 mai 2023

 


 

L'ÉTAT DES CULTURES AUX ÉTATS-UNIS

Les semis ont rapidement progressé aux États-Unis pour le maïs et le soya, et ils sont pratiquement terminés, tandis que le retard accumulé pour les céréales s’est estompé. Comparativement à la moyenne quinquennale, en date du 28 mai, les semis sont en avance de 8 % pour le maïs (92 %), 18 % pour le soya (83 %) et 1 % pour l’avoine (93 %) et ils accusent un retard de 1 % pour le blé de printemps (85 %) et 4 % pour l’orge (86 %). La condition de bonne à excellente du blé d’automne s’est améliorée, mais demeure à un faible niveau soit 34 %.

 

L'UKRAINE ET LA RUSSIE

Le 17 mai, la Turquie annonçait le renouvellement de l’accord sur les exportations par la mer Noire pour une durée de deux mois. Cette annonce était attendue, car l’entente venait à échéance le lendemain et que les informations qui ont fuité dans les médias à ce sujet étaient contradictoires. La Russie laisse entendre que les obstacles aux exportations russes de grains et d’engrais devront être résolus pour que l’entente se poursuive, ce qu’elle répète régulièrement depuis un certain temps déjà, même si ces entraves ne visent pas spécifiquement les grains. Or, le G7 annonçait le 19 mai que ses membres imposaient de nouvelles sanctions contre Moscou, ce qui risque d’envenimer les pourparlers concernant l’accord sur les exportations par la mer Noire.

 

LA DEMANDE CHINOISE

La Chine a de nouveau annulé des achats de maïs américain et se tourne vers le Brésil qui semble avoir une excellente récolte de maïs et à un prix plus concurrentiel que celui des États-Unis. De plus, la Chine remplace le maïs dans ses rations par du blé en raison d’une bonne récolte et achète de grandes quantités de blé de l’Australie. De janvier à avril 2023, les importations chinoises accusent un retard de 8 % pour le maïs par rapport à l’an passé, tandis qu’elles sont en avance 61 % pour le blé et 7 % pour l’orge. Toujours pour la même période, les importations de soya en provenance du Brésil accusent un retard de 28 % pour se situer à 9,21 Mt, en raison d’une récolte tardive. Les importations de soya américain sont en hausse de 22 % pour s’établir à 18,24 Mt.

 

L'AMÉRIQUE DU SUD

Le Brésil est en voie d’obtenir sa plus grande récolte de maïs de son histoire grâce à une bonne production de maïs safrinha. Il semblerait que le maïs aurait besoin de plus de pluies, mais ça ne semble pas inquiéter les marchés. En Argentine, les récoltes accusent de sérieux retards : elles sont terminées à 78 % pour le soya et à 27 % pour le maïs, comparativement à la moyenne quinquennale respective à 92 % et 37 %.

 

L'ÉTAT DES RÉCOLTES AU QUÉBEC

Les semis au Québec accusent de sérieux retards comparativement aux années précédentes, mais ils ont tout de même rapidement progressé dans les dernières semaines. Selon le plus récent rapport de la FADQ, en date du 23 mai, les semis sont complétés à 58 % pour l’avoine, 79 % pour blé, 57 % pour l’orge, 89 % pour le seigle, 85 % pour le maïs, 71 % pour le soya et 31 % pour le canola.

 

LE MARCHÉ LOCAL

Les bases locales se sont inclinées et dans le cas du maïs, elles sont très basses. Celles du maïs ont diminué de 0,08 $ US/bu pour livraison immédiate et de 0,13 $ US/bu pour la récolte, pour les situer respectivement à -0,79 $ US/bu et -0,34 $ US/bu. La base du soya pour livraison à la récolte a été réduite de 0,14 $ US/bu pour s’établir à -0,31 $ US/bu.

 

 


LES PRIX LOCAUX

Le tableau et le graphique suivants présentent l'évolution du prix au comptant du maïs et du soya par période de livraison.

1- MAÏS ET SOYA

 Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 2 juin 2023



 SourceMarché local (FAB Ferme), PGQ - au 2 juin 2023

 

2- CÉRÉALES

Le tableau suivant indique l’évolution du prix courant des céréales et de celui du canola au cours des derniers mois. En consultant directement les diffusions du marché local, vous pourrez observer les prix minimums et les maximums.

Évolution du prix courant des céréales et du canola par mois

Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 2 juin 2023

 

Rapports à surveiller en juin:

 

 


 

Service de l'information sur les marchés

Téléphone: 450 679-0540