Publié le: 02 avril 2024

L'Écho-Marché

 

L'Écho-Marché est le bulletin mensuel du Service d’information sur les marchés. Il fait le point sur les événements du mois qui ont fait réagir le marché des grains. Il est publié le premier jour ouvrable de chaque mois.


Dernière édition : Mars 2024

Date de publication : 2 avril 2024

 

LE RAPPORT MENSUEL DE l’USDA

À première vue, le rapport de l’USDA sur l’offre et la demande des grains a été très peu intéressant. On ne note pratiquement aucune modification pour les offres et demandes aux États-Unis pour les trois principaux grains ainsi que de faibles changements des récoltes au Brésil et en Argentine.

 

MAÏS

L’offre et la demande de maïs aux États-Unis demeurent identiques à celles du mois passé, si ce n’est de la dépréciation du prix moyen de 0,05 $ US/bu pour le situer à 4,75 $ US/bu. La production mondiale de maïs a reculé de 2,33 millions de tonnes (Mt) grâce à une révision à la baisse de 1,3 Mt en Afrique du Sud, de 1 Mt en Ukraine, de 1 Mt au Mexique et de 0,4 Mt en Russie, alors que la récolte argentine s’est accrue de 1 Mt. Les stocks mondiaux de maïs ont chuté de 2,43 Mt.

 

SOYA

L’offre et la demande de soya aux États-Unis n’ont pas varié. La production au Brésil a été abaissée de 1 Mt et les exportations brésiliennes ont été augmentées de 3 Mt. L’USDA a modifié les importations chinoises afin de refléter les données des expéditions des principaux pays exportateurs : en hausse de 3,65 Mt en 2022-2023 et de 3 Mt en 2023-2024, pour les situer respectivement à 104,5 Mt et 105 Mt. Les stocks mondiaux ont alors reculé de 1,76 Mt.

 

BLÉ

Les exportations de blé aux États-Unis ont diminué de 15 millions de boisseaux (Mbu), redressant les stocks de la même quantité pour les établir à 673 Mbu. Le prix moyen pour tous blés confondus s’est déprécié de 0,05 $ US/bu, tout comme pour le maïs, pour équivaloir 7,15 $ US/bu.

La production mondiale de blé s’est accrue de 0,96 Mt grâce à une hausse de 0,5 Mt en Russie, de 0,5 Mt en Australie et de 0,4 Mt en Argentine, compensant la baisse de 0,35 Mt en Union européenne. Les stocks mondiaux ont fléchi de 0,61 Mt.

 

 

 

 

LES INTENTIONS D'ENSEMENCEMENT AUX ÉTATS-UNIS

L’USDA a publié le 28 mars dernier les intentions d’ensemencement aux États-Unis pour 2024 : 90,0 millions d’acres (Ma) de maïs, 86,5 Ma de soya et 47,5 Ma de blé, ce qui, comparativement à l’an passé, représente respectivement une baisse de 4,6 Ma, une hausse de 2,9 Ma et une baisse de 2,1 Ma. Le total des superficies pour ces trois cultures s’élève à 224 Ma par rapport à 227,8 Ma l’an passé. Ces superficies sont très près des estimations de février de l’USDA à 91 Ma de maïs, 87,5 Ma de soya et 47,5 Ma de blé.

 

LES EXPORTATIONS AUX ÉTATS-UNIS

Les exportations et les ventes de grains américains continuent d’éprouver des difficultés à trouver preneur à l’international en raison de l’offre abondante du Brésil; celles de maïs peuvent paraitre excellentes comparativement à l’an passé, mais l’année dernière, elles avaient été particulièrement décevantes. De plus, la Chine a annulé au moins une demi-million de tonnes de blé américain ce mois-ci, ce qui peut s’expliquer par une grande différence entre le prix du blé américain et celui d’autres origines depuis les importants achats chinois réalisés en décembre dernier. Le total des exportations américaines hebdomadaires par rapport à l’année récolte précédente accuse un retard de 15 % pour le blé et de 19 % pour le soya, tandis qu’il est en avance de 34 % pour le maïs. Le total des ventes de grains américains pour l’exportation comparativement à l’année récolte précédente est en avance de 19 % pour le maïs et de 4 % pour le blé, tandis qu’il accuse un retard de 19 % pour le soya.

 

LA DEMANDE CHINOISE  

La demande chinoise semble être au ralentie ou du moins, elle n’est pas friande de grains américains. Les importations chinoises de soya de janvier à février se sont élevées à 13,04 Mt, soit le plus faible niveau depuis les cinq dernières années. Toujours pour la même période, les importations ont augmenté de 16 % pour le maïs et ont reculé de 17 % pour le blé par rapport à l’an passé, les situant respectivement à 6,19 Mt et 2,5 Mt. Le Brésil demeure le principal fournisseur de maïs et de soya en Chine, représentant 66 % des importations de maïs et 53 % de celles de soya. La part des Américains est établie à 12 % pour le maïs et 38 % pour le soya.

 

L'AMÉRIQUE DU SUD

Bien qu’imparfaite, la météo en Amérique du Sud a été bénéfique aux producteurs sud-américains. Au Brésil, le temps sec durant la première moitié du mois, a permis de compléter rapidement les semis de maïs safrinha, puis le temps a été humide pour la seconde moitié. Le battage du soya était complété à 69 % en date du 21 mars, soit près du rythme de l’an passé. En Argentine, les pluies ont été généralement généreuses. La condition de bonne à excellente se situe à 28 % pour le soya et 21 % pour le maïs par rapport au début du mois à 29 % tous les deux. La récolte de maïs est complétée à 6 %.

 

LES ENSEMENCEMENTS AU CANADA

Statistique Canada a publié les intentions d’ensemencements pour 2024. Au Québec, par rapport à l’an passé, les semis sont établis à 383 000 hectares (ha) de maïs, 389 500 ha de soya, 87 300 ha de blé, 56 400 ha d’avoine, 29 600 ha d’orge et 16 300 ha de canola. Ses données sont surprenantes étant donné que le prix du maïs semble peu intéressant comparativement au soya, mais il se peut que la croissance des superficies de soya soit limitée par la nécessité d’une rotation de culture.

En Ontario, les superficies de maïs se sont stabilisées, tandis que celles de soya se sont accrues de 4 %, ce qui reflète l’état des marchés. Au Canada, le blé demeure la culture la plus semée et ses superficies se sont maintenues. Les superficies de soya, d’orge et de canola ont diminué de respectivement 1 %, 3 % et 3 %, au profit de celles du maïs et de l’avoine qui ont augmenté de 2 % et 22 %, respectivement; les superficies d’avoine semblent s’être fortement redressées, mais c’est principalement dû au fait qu’elles avaient chuté de 36 % en 2023.

 

Tableau sur les superficies de grains ensemencées au Québec en 2023 et 2024

  Source : Statistique Canada

 

LE MARCHÉ LOCAL

Les bases pour livraison immédiate ont reculé de 0,15 $ US/bu pour le maïs et de 0,33 $ US/bu pour le soya, pour se situer à respectivement -0,14 $ US/bu et -0,62 $ US/bu. La base du maïs pour l’ancienne récolte est inférieure à la valeur de référence pour l’exportation, mais le volume des ventes serait assez faible, ce qui restreint les exportations. La base pour livraison à la récolte s’est appréciée de 0,11 $ US/bu pour le maïs, tandis qu’elle a diminué de 0,17 $ US/bu, pour s’établir respectivement à -0,12 $ US/bu et -0,57 $ US/bu.

 


LES PRIX LOCAUX

Le tableau et le graphique suivants présentent l'évolution du prix au comptant du maïs et du soya par période de livraison.

1- MAÏS ET SOYA

 

Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 2 avril 2024

 

SourceMarché local (FAB Ferme), PGQ - au 2 avril 2024

 

2- CÉRÉALES

Le tableau suivant indique l’évolution du prix courant des céréales et de celui du canola au cours des derniers mois. En consultant directement les diffusions du marché local, vous pourrez observer les prix minimums et les maximums.

Évolution du prix courant des céréales et du canola par mois

 

Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 2 avril 2024

 

Rapports à surveiller en avril : 

 

 


 

Service de l'information sur les marchés

Téléphone: 450 679-0540

Pour aller plus loin

Sur le même thème