Publié le: 01 septembre 2020

L'Écho-Marché

 

L'Écho-Marché est le bulletin mensuel du Service d’information sur les marchés. Il fait le point sur les événements du mois qui ont fait réagir le marché des grains. Il est publié le premier jour ouvrable de chaque mois.


Dernière édition : Août 2020

Date de publication : 1er septembre 2020

 

LE RAPPORT MENSUEL DE l’USDA

Le rapport est baissier, car l’USDA anticipe des rendements records aux États-Unis. Pourtant, les marchés ont réagi positivement à la publication du rapport. Cela pourrait s’expliquer par la croissance de la demande chinoise. Toutefois, une bonne partie de cette demande sera accaparée par les pays de l’Amérique du Sud.

 

Maïs

Aux États-Unis, la production s’est accrue de 278 millions de boisseaux (Mbu) à la suite de la correction à la hausse du rendement du maïs de 3,3 boisseaux à l’acre (bu/a), pour le situer à 181,8 bu/a, ce qui serait supérieur de 5,2 bu/a au record de 2017. La demande fourragère de même que les exportations ont été renforcées de 75 Mbu en raison de la baisse des prix aux États-Unis. Les stocks ont été augmentés de 108 Mbu pour les situer à 2,76 milliards de boisseaux, soit le plus haut niveau depuis 1987. Le prix moyen s’est déprécié de 0,25 $ US/bu pour s’établir à 3,10 $ US/bu. Sur l’échiquier mondial, les stocks se sont élevés de 2,42 Mt, principalement à cause de l’accumulation aux États-Unis.

Soya

La production de soya aux États-Unis s’est intensifiée de 290 Mbu à la suite d’un redressement du rendement de 3,5 bu/a pour l’établir 53,3 bu/a. Si cela se confirme, le rendement de 2020 sera supérieur de 1,4 bu/a à celui de 2016. La demande pour la trituration s’est accrue de 20 Mbu grâce à une croissance des exportations de tourteau de soya. Les exportations se sont renforcées de 75 Mbu en raison d’une augmentation de la demande internationale et du faible niveau des prix. Les stocks se sont redressés de 185 Mbu pour se situer à 610 Mbu, soit les plus importants depuis 2019. Le prix moyen a reculé de 0,15 $ US/bu pour s’établir à 8,35 $ US/bu.

À l’international, les importations chinoises se sont accrues de 2 Mt pour 2019-2020 et de 3 Mt pour 2020-2021, se situant respectivement à 98 Mt et 99 Mt. Les exportations pour 2019-2020 ont augmenté de 0,5 Mt en Argentine et de 4,5 Mt au Brésil. Pour 2020-2021, elles se sont accrues de 1 Mt en Argentine de même qu’au Brésil. Les stocks mondiaux se sont renforcés de 0,28 Mt, car la hausse aux États-Unis a été en partie compensée par le fort recul de 4,27 Mt des stocks du Brésil.

Blé

Aux États-Unis, le rendement du blé a été redressé de 0,4 bu/a, augmentant ainsi la production de 14 Mbu. Les exportations se sont intensifiées de 25 Mbu grâce à la réduction de la production dans plusieurs pays clés, notamment ceux de l’Union européenne. Les stocks ont fléchi de 17 Mbu pour se situer à 925 Mbu. Le prix moyen a reculé de 0,10 $ US/bu pour s’établir à 4,50 $ US/bu.

Sur le marché mondial, la production a fléchi de 3,28 Mt en raison d’une baisse de la récolte de 4 Mt en Union européenne, malgré une hausse de 1,5 Mt en Russie et de 0,5 Mt en Ukraine. Les stocks mondiaux se sont redressés de 1,95 Mt, cela étant dû principalement à la révision des stocks en Union européenne.

 

 


 * Estimations ** Prévisions

Source: USDA - 12 août 2020

 


 

 

DERECHO ET IOWA

Le 10 août, un rare phénomène météo appelé derecho a dévasté des champs de maïs et de soya dans un corridor de plus de 1 100 kilomètres entre le Nebraska, l’Iowa et l’Indiana. En Iowa seulement, la ligne d’orages violents a infligé des dommages dans 57 comtés, et ces derniers représentent 14 millions d’acres (Ma) en cultures assurées, dont 8,2 Ma en maïs et 5,6 Ma en soya. Toutefois, il faut garder à l’esprit que cette évaluation dresse un portrait des dégâts potentiels et que les vrais dommages risquent de leur être inférieurs. En fait, la sécheresse en Iowa pourrait bien avoir davantage endommagé les cultures. En date du 27 août, 96 % de l’Iowa avait subi les effets du temps sec et 29 % avait souffert d’une sécheresse sévère.

 

L'ÉTHANOL AUX ÉTATS-UNIS

La production d’éthanol semble avoir atteint un seuil en août, s’établissant à un peu plus de 900 000 barils par jour, alors que le niveau précédant la COVID-19 était de plus d’un million de barils par jour. La bonne nouvelle, c’est que les stocks, eux, ont continué de diminuer, atteignant leur plus bas niveau depuis janvier 2017, ce qui permet d’espérer un éventuel redressement de la production d’éthanol. Par contre, celle-ci demeure liée à la consommation de l’essence aux États-Unis et à l’état général de l’économie américaine, et de ce côté, les perspectives ne sont guère optimistes.

 

L'ÉCONOMIE AMÉRICAINE

À la fin juillet, le produit intérieur brut des États-Unis au deuxième trimestre affichait un plongeon de 32,9 %, soit la plus importante chute depuis la Grande Dépression. Par conséquent, nos voisins du Sud sont entrés officiellement en récession. Ceux-ci devront donc compter sur l’État pour relancer leur économie. Or, le Congrès américain ne s’entend pas sur les modalités, et les dernières sommes qui s’ajoutaient à l’assurance-emploi ont été versées en juillet. Étant donné le taux de chômage s’élevant à 10,2 % en juillet et le mince filet social, les États-Unis devront trouver un accord rapidement pour stimuler leur économie.

L’inquiétude face à cette économie chancelante a envahi les marchés, qui se sont départis de leurs dollars américains, lesquels sont normalement une valeur refuge en temps de grandes incertitudes. Cela a donc entrainé une appréciation de la devise canadienne. En l’espace d’un mois seulement, le huard a gagné près de 0,02 $ US, pour se situer à près de 0,7675 $ US.

 

LES RELATIONS ENTRE PÉKIN ET WASHINGTON

La Maison-Blanche a durci le ton envers Pékin et a sanctionné plusieurs compagnies chinoises ayant des activités commerciales sur le territoire américain. Donald Trump a trouvé une cible de choix plutôt inusitée : TikTok. Le président Trump accuse cette application de réseau social d’espionner les citoyens américains et a signé deux décrets visant à nuire à son utilisation aux États-Unis. Les propriétaires chinois de l’application contesteront le décret présidentiel en cours. Néanmoins, malgré la hausse des tensions diplomatiques, la Chine a continué d’acheter des produits agricoles américains en août.

 

LE MARCHÉ LOCAL

La base du maïs pour livraison immédiate s’est appréciée de 0,22 $ US/bu, alors que celle pour livraison à la récolte est restée stable, pour se situer respectivement à 0,85 et 0,41 $ US/bu. La forte remontée de la base pour livraison immédiate peut s’expliquer par la stabilité des prix malgré la remontée du dollar canadien. La base du soya a diminué de 0,07 $ US/bu pour livraison immédiate, tandis que celle pour livraison à la récolte est demeurée stable, pour s’établir respectivement à -0,13 $ US/bu et 0,00 $ US/bu. La base inhabituellement élevée du soya du Québec pour livraison à la récolte peut être due à la forte demande pour le soya américain, laquelle a une influence sur la demande de soya au Québec.

 


LES PRIX LOCAUX

Le tableau et le graphique suivants présentent l'évolution du prix au comptant du maïs et du soya par période de livraison.

1- MAÏS ET SOYA

 Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er septembre 2020



 SourceMarché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er septembre 2020

 

2- CÉRÉALES

Le tableau suivant indique l’évolution du prix courant des céréales et de celui du canola au cours des derniers mois. En consultant directement les diffusions du marché local, vous pourrez observer les prix minimums et les maximums.

Évolution du prix courant des céréales et du canola par mois

Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er septembre 2020


 

Rapports à surveiller en septembre:


 

Service de l'information sur les marchés

Téléphone: 450 679-0540

Pour aller plus loin

Sur le même thème