Rapports - USDA


Publié le: 12 août 2019

Analyse du rapport du 12 août 2019

 

Les grains ont chuté en Bourse, menés par le maïs dont la perte de valeur a atteint le seuil maximal (limit down) en une seule séance boursière, en raison des données décevantes pour les marchés du rapport mensuel de l’USDA, car ceux-ci s’attendaient à une baisse drastique des superficies semées en maïs. Étant donné une subvention de 16 $G US promise par Trump et basée sur les superficies ensemencées, il semblait pourtant évident que les producteurs allaient semer afin de toucher une partie de l’aide gouvernementale, quitte à ne pas récolter. L’USDA a également rehaussé le rendement du maïs. Il a toutefois joué de prudence dans ses prévisions en révisant à la baisse, et pour la même quantité, les superficies ensemencées et récoltées. En d’autres termes, le retard des semis n’aurait qu’un léger impact sur les superficies récoltées alors qu’on peut s’attendre à ce que certaines d’entre elles soient destinées à l’ensilage, et donc, retirées des superficies récoltées. En plus des corrections des superficies, le rapport de l’USDA étonne par ses estimations sur les exportations. Les exportations du maïs et du soya pour 2018-2019 ne reflètent pas du tout le rythme actuel des exportations, qui est très en retard par rapport à l’an dernier. On peut s’attendre à ce qu’il y ait une correction des exportations dans les prochains rapports, et donc plus de stocks qu’anticipé. Par ailleurs, les prévisions des exportations de soya montrent qu’en 2019-2020, les États-Unis exporteront plus de soya qu’en 2018-2019, malgré une baisse de la demande chinoise. Ce n’est pas cohérent comme analyse et les marchés l’ont bien senti.

 

Pour 2018-2019 aux États-Unis, l’USDA a corrigé à la baisse les importations de 5 millions de boisseaux (Mbu) et la demande pour l’éthanol de 25 Mbu, ce qui a contribué au redressement des stocks de fin de 20 Mbu. Pour 2019-2020, les superficies ensemencées de maïs ont diminué de 1,7 million d’acres (Ma) et les rendements ont augmenté de 3,5 boisseaux à l’acre (bu/a), ce qui a occasionné une augmentation de la production de 26 millions de boisseaux (Mbu), la situant à 13,90 milliards de boisseaux (Gbu). La demande pour l’éthanol a reculé de 25 Mbu et les exportations ont perdu 125 Mbu. Par conséquent, les stocks se sont accrus de 171 Mbu, pour atteindre 2,18 Gbu. Le prix moyen a fléchi de 0,10 $ US/bu pour se situer à 3,60 $ US/bu.

Au niveau mondial, la production s’est amplifiée de 2,5 millions de tonnes (Mt) en Ukraine et de 0,6 Mt en Union européenne. La demande mondiale a chuté de 5,88 Mt à cause de la Chine, en partie, sa demande ayant chuté de 2 Mt dû à la baisse de la demande pour les rations animales. Les stocks mondiaux se sont renforcés de 8,8 Mt dû à la croissance des stocks de 4 Mt en Chine.

 

Pour 2018-2019 aux États-Unis, la trituration du soya a fléchi de 20 Mbu, augmentant ainsi les stocks de fin de la même quantité. Pour 2019-2020, les superficies ensemencées ont reculé de 3,3 Ma et le rendement a été laissé tel quel, ce qui a occasionné une diminution de la production de 165 Mbu, pour la situer à 3,68 Gbu. Les exportations ont été corrigées à la baisse de 100 Mbu, mais elles sont toujours supérieures à celles de l’an passé à 1 700 Mbu. Les stocks ont alors été réduits de 40 Mbu, pour se retrouver à 755 Mbu. Le prix est resté à 8,40 $ US/bu.

 

À l’international, le principal changement a été l’ajustement à la baisse des importations chinoises de 2 Mt, tant pour 2018-2019 que pour 2019-2020. Cela reflète la réduction de la demande chinoise pour les rations animales fortes en protéines. Les stocks mondiaux ont ainsi été redressés de 2,79 Mt.

 

Aux États-Unis, le rendement du blé a été élevé de 1,6 bu/a et la production s'est ainsi accrue de 59 Mbu, tandis que les importations ont faibli de 5 Mbu. La demande pour l’alimentation humaine s’est inclinée de 5 Mbu, mais celle pour la consommation animale a augmenté de 20 Mbu, tandis que pour les exportations, elle s’est renforcée de 25 Mbu. Les stocks ont tout de même été redressés de 14 Mbu et le prix s’est déprécié de 0,20 $ US/bu, se situant à 5,00 $ US/bu.

 

Sur l’échiquier mondial, la production a été réduite de 3,39 Mt entre autres à cause d'une diminution de 1,3 Mt en Union européenne, de 1,2 Mt en Russie et de 1 Mt au Kazakhstan. La demande a reculé de 1,99 Mt principalement en raison de la baisse de la demande pour l’alimentation animale de 0,5 Mt en Union européenne et en Russie. Les stocks mondiaux se sont alors inclinés de 1,06 Mt.

 

 

 

  

 

Versions abrégées du rapport de l'offre et de la demande pour le maïs et le soya américains du 12 août 2019

 
 

Maïs

OD Mais 

Soya 

OD Soya

 

Version Excel

Version Excel

     

 

Consultez les liens suivants pour avoir accès aux plus récents rapports complets de l'USDA:

 

Rapport de l'offre et la demande mondiales - Dernière mise à jour: 12 août 2019

  • Prochaine publication: 12 septembre 2019

 

Rapport sur les stocks de grains - Dernière mise à jour: 28 juin 2019

  • Prochaine publication:  30 septembre 2019

 

Rapport sur les intentions d'ensemencement - Dernière mise à jour: 29 mars 2019

  • Prochaine publication:  29 mars 2020

 

Rapport des superficies ensemencées - Dernière mise à jour: 28 juin 2019

  • Prochaine publication: 26 juin 2020

Sur le même thème

Pourrait vous intéresser