L'Hebdo - 3 septembre 2019

L'Hebdo est le bulletin hebdomadaire du Service d’information sur les marchés des Producteurs de grains du Québec. Il fait le point sur les faits saillants des marchés pour la semaine.


Dernière édition : Semaine du 26 au 30 août 2019

Date de publication : Le 3 septembre 2019

 

Les mouvements boursiers du maïs et du soya ont été stables. Le vendredi du 23 août, les relations entre la Chine et les États-Unis se sont détériorées à la suite de l’annonce de la hausse des tarifs sur les produits chinois. Le lundi 26 août, Trump a déclaré que la Chine avait communiqué avec lui par téléphone et qu’elle était prête à revenir à la table des négociations, puis il a vanté les qualités de Xi Jinping. Par contre, la Chine semble ignorer à quel appel téléphonique Trump fait référence et a déclaré que les pourparlers dépendraient de la capacité de Washington à établir un climat propice à la négociation. Le gouvernement chinois espère en fait que Trump suspendra la hausse des tarifs pour pouvoir revenir à la table des négociations. Par ailleurs, les marchés sont inquiets d’un éventuel gel hâtif, mais pour l’instant, les modèles météo n'en prévoient pas.

Les ventes américaines à l’exportation pour les principaux grains sont globalement satisfaisantes, mais la faible présence des Chinois se fait toujours ressentir pour la nouvelle récolte. Pour l’ancienne récolte, elles ont été de 95 174 tonnes (t) de soya, dont 76 672 t vers la Chine, et l’on note des annulations de ventes pour 2 540 t de maïs. Pour la nouvelle récolte, les ventes ont été de 661 676 t de blé, 858 896 t de maïs et 353 103 t de soya.

Au Québec, Statistique Canada estime une baisse des rendements à 8,8 tonnes à l’hectare (t/ha) pour le maïs et de 2,9 t/ha pour le soya, par rapport à l’an passé. La production de maïs chute donc à 3,31 millions de tonnes, soit sous le niveau des besoins en consommation de la province. Il semble évident que la situation du Québec passe d’un léger surplus à un déficit et que la province devra compter sur les importations pour combler ses besoins au cours de la prochaine année. Le rendement des céréales s’en tire très bien. Elles sont toutes en croissance à l’exception du blé, qui stagne. La production d’avoine sera à surveiller, car l’Ontario et l’Ouest canadien devraient avoir une bonne récolte, ce qui aura un effet baissier sur les prix du Québec. Au Canada, on peut constater de bons rendements du côté des céréales; la variation de la production tient surtout des fluctuations des superficies ensemencées, dont la baisse notable en soya due à deux années consécutives décevantes.

Présentement, au Québec, des importations de maïs par navires viennent combler une partie de la demande locale avant le battage. Le marché local du maïs s’est apprécié, alors que celui du soya est resté relativement stable. Les bases du maïs ont commencé la semaine à 2,64 $ CA/bu pour livraison immédiate et 1,33 $ CA/bu pour livraison à la récolte, et elles l’ont terminée respectivement à 2,52 et 1,52 $ CA/bu. En début de semaine, les bases du soya ont été de 2,68 $ CA/bu pour livraison immédiate et 2,60 $ CA/bu pour livraison à la récolte, et elles ont fini à 2,61 et 2,58 $ CA/bu.

 

Évolution des contrats à terme du maïs et du soya à la Bourse de Chicago

Source : REUTERS