L'Hebdo - 27 mai 2019

L'Hebdo est le bulletin hebdomadaire du Service d’information sur les marchés des Producteurs de grains du Québec. Il fait le point sur les faits saillants des marchés pour la semaine.


Dernière édition : Semaine du 20 au 24 mai 2019

Date de publication : Le 27 mai 2019

Les deux sujets de la semaine ont été le retard des semis dû à la météo défavorable dans le Midwest des États-Unis et la détérioration de la relation entre les États-Unis et la Chine. Le rapport de l'USDA sur l’état des cultures indique que le niveau de semis aux États-Unis est bien en dessous de la moyenne quinquennale, touchant un creux historique depuis 1980 pour le maïs et 1996 pour le soya : les retards sont de 31 % pour le maïs (49 %), de 28 % pour le soya (19 %), de 10 % pour le blé de printemps (70 %), de 13 % pour l’avoine (77 %) et de 8 % pour l’orge (76 %). La condition de bonne à excellente du blé d’automne s’est redressée de 2 points, ce qui la situe à 66 %. La météo et les prévisions météo ont continué de présenter un temps froid et humide. Par conséquent, le retard risque bien de s’accentuer. Le gouvernement Trump a annoncé une subvention de 16 G$ US à ses producteurs pour compenser les dommages financiers qu’ils encourent à cause de la guerre commerciale face à la Chine. Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor américain, ne prévoit pas participer à la prochaine ronde de négociations avec la Chine et a déclaré que M. Trump et M. Jinping pourraient se rencontrer à la fin juin, ce qui coïncide avec le sommet du G20 au Japon. Le secrétaire à l’Agriculture, Sonny Perdue, estime qu’il n’y aura pas d’accord d’ici juillet ou août. Du côté de la Chine, les autorités ont déclaré qu’ils étaient toujours ouverts à la négociation, mais que les États-Unis devaient les traiter avec respect et être sincères dans les pourparlers. De plus, ils ont publiquement dénoncé les critiques faites contre Huawei. En somme, l’accord tant attendu ne se conclura pas rapidement.

Les ventes américaines à l’exportation ont été satisfaisantes pour le maïs et le blé, et elles ont dépassé les attentes pour le soya, mais ces dernières étaient très basses. Les ventes ont été de 442 080 tonnes (t) de maïs et 535 848 t de soya pour 2018-2019, et de 344 852 t de blé pour 2019-2020. Par rapport à l’an passé, les ventes accusent un retard de 11 % pour le maïs et de 17 % pour le soya, mais elles sont en avance de 8 % pour le blé. Selon l’Agence américaine de l’information sur l’énergie, la production d’éthanol a augmenté de 20 000 barils par jour et les stocks se sont accrus de 1,15 million de barils, ce qui les porte à 1,07 million de barils par jour et 23,40 millions de barils.

En Argentine, les récoltes sont complétées à 77 % pour le soya et à 34 % pour le maïs. Les rendements semblent excellents pour ces deux cultures. En Chine, les importations de viande de porc ont augmenté de 24 % en avril par rapport au même mois l’an dernier. Les transformateurs alimentaires chinois se garantissent un approvisionnement de porc exempt de la peste porcine africaine, mêmes que certaines de ces entreprises achètent des États-Unis, malgré la taxe mise en place dans le cadre de la guerre commerciale sino-américaine. Il faudra donc s’attendre à ce que la demande de viande porcine soit plus élevée, ce qui devrait se traduire par une croissance de la demande locale de grains. Par contre, si la baisse de 30 % du cheptel porcin chinois se concrétise, il faudra également anticiper un ralentissement de la demande chinoise de grains.

Les offres locales de maïs n’ont pas beaucoup évolué cette semaine, tandis qu’il semble y avoir eu peu de ventes de soya, probablement à cause des bas prix dus à la guerre commerciale. Les bases locales du maïs ont commencé la semaine à 1,83 $ CA/bu pour une livraison immédiate et 1,38 $ CA/bu pour une livraison à la récolte, et elles l’ont terminée à 1,80 et 1,35 $ CA/bu, respectivement.

 

Évolution des contrats à terme du maïs et du soya à la Bourse de Chicago :

Source 
:
REUTERS