L'Hebdo - 23 septembre 2019

L'Hebdo est le bulletin hebdomadaire du Service d’information sur les marchés des Producteurs de grains du Québec. Il fait le point sur les faits saillants des marchés pour la semaine.


Dernière édition : Semaine du 16 au 20 septembre 2019

Date de publication : Le 23 septembre 2019

 

Aux États-Unis, 55 % du maïs et 54 % du soya (en baisse de 1 %) sont en bonne ou excellente condition. Quelque 76 % du blé de printemps et 4 % du maïs sont récoltés, et les semis des blés d'automne sont complétés à 8 %. La récolte du blé de printemps accuse un important retard dans les plaines du nord en raison des pluies – normalement, le battage devrait être quasiment terminé à la mi-septembre. L'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) prévoit pour le mois d’octobre des températures au-dessus de la normale pour l’ensemble des États-Unis, et des précipitations normales pour la quasi-totalité du Midwest.

Les États-Unis ont eu de très bonnes ventes hebdomadaires à l’exportation en ce qui concerne le maïs (1,46 million de tonnes [Mt])  et le soya (1,73 Mt). Pourtant, la Bourse de Chicago n’a pas vraiment réagi à ces nouvelles. Deux raisons expliquent le manque de réaction. D’une part, ces chiffres étaient anticipés et n’ont donc créé aucune surprise – l’USDA avait annoncé au cours des jours précédents des ventes substantielles de maïs au Mexique et de soya à la Chine. D’autre part, le rythme des exportations demeure très lent à ce jour pour ces deux grains. En effet, depuis le début de l’année récolte, les ventes cumulées s'élèvent à 8,7 Mt de maïs, contre 16,6 Mt à pareille date l’an passé, ainsi qu'à 11,2 Mt de soya, comparativement à 17,8 Mt en 2018.

Les négociations commerciales sino-américaines ont repris. Les pourparlers ont eu une série de rebondissements au cours des 18 derniers mois, mais les circonstances sont peut-être plus propices à une entente. Du côté de M. Trump, celui-ci a besoin d’un succès commercial alors que l’élection présidentielle approche. Quant à M. Xi, la pression s’accentue sur lui. L’économie chinoise a beaucoup plus souffert de la guerre commerciale que celle des États-Unis, alors que la situation politique est explosive à Hong Kong, encourageant la fuite des capitaux. Les achats chinois de soya américain ont repris en gage de bonne foi.

Les producteurs agricoles argentins font face à de grands défis pour la nouvelle saison qui démarre. En effet, le pays traverse une sévère crise économique et financière avec une dégringolade du peso, alors que la gauche devrait gagner le deuxième tour de l’élection présidentielle. Face à l’incertitude, de nombreux observateurs pensent que les agriculteurs vont privilégier les semis du soya au détriment du maïs puisque la fève demande moins d’intrants.

La mousson en Inde, qui commence au début de juin et se termine à la fin de septembre, avait mal commencé avec des précipitations inférieures à la normale durant les premières semaines. Cependant, les pluies se sont intensifiées par la suite et ont été excellentes depuis la mi-août. Par conséquent, le pourcentage cumulé des précipitations depuis le début de la mousson est de 5 % supérieur à la normale. Les perspectives pour les cultures locales sont donc excellentes, ce qui est de mauvais augure pour le négoce mondial des légumineuses, l’Inde étant traditionnellement le plus grand importateur de légumineuses au monde.

Le bulletin de La Financière agricole du Québec sur l’état des cultures au 17 septembre souligne la lenteur du battage des céréales – la récolte est complétée à 66 % pour le blé, à 57 % pour l’orge et à 26 % pour l’avoine. La moisson des céréales est terminée en Montérégie ainsi que dans Lanaudière, mais elle est peu avancée dans les régions périphériques. Les conditions agroclimatiques ont favorisé la germination du grain sur l’épi de blé avant les battages au Bas-Saint-Laurent. Le canola est andainé, en attente de temps sec pour être battu, sauf à la Chaudière-Appalaches où la récolte avance; le battage du canola atteint 3 %. Le jaunissement et la défoliation du soya ont débuté, avec retard selon la région (la plante est encore verte en Estrie). La sclérotinia est bien présente par endroits. Finalement, il y a un retard de maturité pour le maïs, qui va du stade laiteux à pâteux. Des cas de gel au sol ont été rapportés aux PGQ en Estrie et dans la région de Portneuf.

Pour une livraison immédiate, les bases locales du maïs ont commencé la semaine à 2,36 $ CA/bu, et elles l’ont terminée à 2,43 $ CA/bu. Quant aux bases du soya, celles-ci ont débuté et fini au même niveau, soit 2,65 $ CA/bu.

 

Évolution des contrats à terme du maïs et du soya à la Bourse de Chicago

Source : REUTERS