L'hebdo - 17 juin 2019

L'Hebdo est le bulletin hebdomadaire du Service d’information sur les marchés des Producteurs de grains du Québec. Il fait le point sur les faits saillants des marchés pour la semaine.


Dernière édition : Semaine du 10 au 14 juin 2019

Date de publication : Le 17 juin 2019

La Bourse de Chicago a connu une semaine haussière à la suite du rapport mensuel de l’USDA publié le 11 juin. L’USDA a ajusté radicalement les prévisions de production américaine du maïs. La superficie ensemencée passe de 92,8 à 89,8 millions d’acres, le rendement passe de 176 à 166 boisseaux l’acre, ce qui fait que l’estimation de la récolte passe de 15,03 à 13,68 milliards de boisseaux (Gbu), contre 14,42 Gbu l’an passé. Les stocks en 2019 gagnent 100 millions de boisseaux (Mbu) pour s’établir à 2,195 Gbu. L’utilisation pour l’alimentation animale perd 300 Mbu, et les exportations baissent de 125 Mbu pour atteindre 2,15 Gbu. Les inventaires sont de 1,675 Gbu en 2020, comparativement à 2,485 Gbu le mois passé. Le prix moyen FAB ferme grimpe de 0,50 $ pour atteindre 3,80 $/bu en 2019-2020, contre 3,60 $/bu pour l’année en cours. Par contre, très peu de changements sont apportés à l’offre et la demande de soya. En effet, l’USDA estime que les retards des semis n’affecteront pas significativement les superficies ensemencées et le rendement de la fève. Les stocks en 2019 gagnent 75 Mbu pour s’établir à 1,07 Gbu, d’où une augmentation similaire des inventaires en 2020 qui atteignent 1,045 Gbu. Le prix moyen FAB ferme est en hausse de 0,15 $ pour atteindre 8,25 $/bu en 2019-2020, contre 8,50 $/bu pour l’année en cours.

Au niveau mondial, la récolte de blé est en hausse de 3,3 millions de tonnes (Mt), et les stocks gagnent 1,6 Mt en 2019 et 1,3 Mt en 2020. La production est en hausse de 1 Mt aussi bien en Russie qu’en Ukraine, alors que les exportations de ces deux pays augmentent de 1 Mt et de 0,5 Mt, respectivement. La production mondiale de maïs baisse de 34,6 Mt, principalement en raison des États-Unis, et les stocks en 2020 perdent 24 Mt. La production brésilienne en voie d’être battue gagne 1 Mt pour atteindre un niveau record de 101 Mt. Les exportations du Brésil et de l’Argentine sont en hausse de 2,5 et 2 Mt, respectivement, pour atteindre des niveaux records de 34 Mt dans chaque pays. Quant à la situation mondiale du soya, celle-ci est quasiment inchangée par rapport au mois passé, les exportations de l’Argentine gagnant 1,5 Mt.

Le ralentissement des importations chinoises de soya se confirme. Pour les 5 premiers mois de l’année, elles ont été de 31,75 Mt, soit 12,2 % de moins que pour la même période en 2018. La chute des importations est due à la guerre commerciale sino-américaine et à la baisse de la demande chinoise causée par la dégringolade du cheptel porcin en raison de la peste porcine africaine.

Les États-Unis et le Mexique sont parvenus à une entente sur l’immigration illégale. Le président Trump a mis fin à sa menace d’instaurer des tarifs sur les produits mexicains.

Ottawa semble résigné à un long embargo du canola par la Chine. Exportation et développement Canada offrira au cours de la prochaine année un soutien sous la forme d’assurances commerciales pouvant atteindre 150 M$ qui seront disponibles pour les ventes de grains, d’huile et de tourteau afin d’aider les entreprises exportatrices à atténuer les risques auprès d’acheteurs internationaux viables et de banques étrangères dans le secteur du canola. À la suite de la perte du marché chinois, les exportateurs doivent se rabattre sur d’autres marchés à haut risque, tels que le Pakistan et le Bangladesh.

Selon La Financière agricole du Québec, en date du 11 juin, les semis étaient complétés à 82 % pour l'avoine, 99 % pour le blé, 86 % pour l'orge, 98 % pour le maïs, 85 % pour le soya et 95 % pour le canola. Il y a une levée inégale des semis pour certaines cultures (non spécifiées) provenant de problématiques de sol trop humide ainsi que de la forte émergence des mauvaises herbes. De plus, en raison des conditions climatiques, des superficies de maïs ont été semées avec des hybrides plus hâtifs ou converties en soya.

Les bases du maïs ont commencé la semaine à 2,02 $ CA/bu pour une livraison immédiate et 1,38 $ CA/bu pour une livraison à la récolte, et elles l’ont terminée à 1,97 et 1,29 $ CA/bu, respectivement. Quant au soya, lundi, elles ont été de 2,62 $ CA/bu pour une livraison immédiate et 2,47 $ CA/bu pour une livraison à la récolte, et elles ont clôturé la semaine à 2,61 $ CA/bu et 2,28 $ CA/bu, respectivement.

 

Évolution des contrats à terme du maïs et du soya à la Bourse de Chicago :

Source 
:
REUTERS