L'Hebdo - 10 juin 2019

L'Hebdo est le bulletin hebdomadaire du Service d’information sur les marchés des Producteurs de grains du Québec. Il fait le point sur les faits saillants des marchés pour la semaine.


Dernière édition : Semaine du 3 au 7 juin 2019

Date de publication : Le 10 juin 2019

Les deux sujets qui ont capté l’attention des marchés cette semaine sont le retard des ensemencements aux États-Unis et la hausse des tensions entre les États-Unis et le Mexique alors que Trump a menacé d’imposer des tarifs sur tous les produits mexicains afin de forcer la main du Mexique à faire davantage dans la « crise » des migrants aux États-Unis. Les deux tiers du maïs ont été semés aux États-Unis, alors que normalement ils seraient terminés. Le vice-président Mike Pence a rencontré la délégation mexicaine et a déclaré que les discussions ont bien progressé, que le président Trump aura le mot final pour un accord, mais que les États-Unis sont prêts à imposer les tarifs dès lundi la semaine prochaine. Le président mexicain s’est dit persuadé d’en arriver à un accord, mais il est resté évasif quant à d’éventuelles représailles commerciales contre les États-Unis. Finalement, vendredi, un accord a été trouvé entre les deux pays. Le prix du blé a fluctué en raison de la bonne condition du blé aux États-Unis et des inquiétudes quant aux productions canadienne, australienne et des pays de la mer Noire, qui sont frappées par un temps sec. Il est encore trop tôt pour déclarer que la production de blé est en danger dans ces pays. Par contre, il faudra surveiller attentivement leur évolution.

Par rapport à la moyenne quinquennale, le retard des semis est de 29 % pour le maïs (complétés à 67 %), de 40 % pour le soya (39 %) et de 3 % pour le blé de printemps (93 %). La condition de bonne à excellente est de 64 % pour le blé d’automne (en hausse de 3 % par rapport à la semaine dernière) et de 83 % pour le blé de printemps. Les expéditions hebdomadaires américaines ont été fidèles aux attentes du marché : 592 744 tonnes (t) de blé, 743 077 t de maïs et 498 771 t de soya. Les ventes hebdomadaires américaines ont été désastreuses, voire pratiquement nulles pour le maïs, tandis que celles de blé et de soya ont dépassé les attentes. Pour 2018-2019, les ventes de soya ont été de 510 024 t, et des ventes de 8 788 t de maïs ont été annulées. Pour ce qui est de l’année récolte 2019-2020, les ventes de blé ont été de 501 893 t. Selon l’Agence américaine de l’information sur l’énergie, la production d’éthanol a diminué de 13 000 barils par jour et les stocks se sont inclinés de 71 000 barils, pour se situer à 1,04 million de barils par jour et 22,55 millions de barils.

IEG Vantage, connue anciennement sous le nom d’Informa, a publié ses estimations sur les superficies ensemencées aux États-Unis : 84,9 millions d’acres (Ma) de maïs et 85 Ma de soya. Cela représenterait une baisse de 7,9 Ma pour le maïs et une hausse de 0,4 Ma pour le soya, comparativement aux données de l’USDA. Toujours par rapport aux données de l’USDA, le rendement est estimé à 174 boisseaux à l’acre (bu/a) pour le maïs (-2 bu/a) et à 51,1 bu/a pour le soya (+1,6 bu/a). La production de maïs s’inclinerait de 1,48 milliard de boisseaux et celle de soya s’intensifierait de 163 millions de boisseaux. La récolte de maïs safrinha au Brésil a commencé dans les deux principaux États, soit au Mato Grosso à 3,5 % et au Paraná à 5 %. Le rendement est satisfaisant et certains avancent déjà l'idée d'un rendement record.

Les bases locales du maïs ont commencé la semaine à 1,86 $ CA/bu pour une livraison immédiate et 1,26 $ CA/bu pour une livraison à la récolte, et elles l’ont terminée à 2,14 et 1,36 $ CA/bu, respectivement. Quant au soya, lundi, elles ont été de 2,68 $ CA/bu pour une livraison immédiate et 2,60 $ CA/bu, et elles ont clôturé la semaine à 2,60 et 2,39 $ CA/bu, respectivement.

 

Évolution des contrats à terme du maïs et du soya à la Bourse de Chicago :

Source 
:
REUTERS