L'Hebdo

L'Hebdo

L'Hebdo est le bulletin hebdomadaire du Service d’information sur les marchés des Producteurs de grains du Québec. Il fait le point sur les faits saillants des marchés pour la semaine.


Dernière édition : Semaine du 14 au 18 octobre 2019

Date de publication : Le 21 octobre 2019

 

La Bourse de Chicago a été au neutre. Le marché hésite entre deux tendances contradictoires. D’une part, le gel et la neige qui ont recouvert une grande partie du Midwest ont fort probablement causé des dommages importants aux cultures immatures compte tenu des semis très tardifs cette année. La région touchée par cette vague de froid comprend les plaines du nord, l’Iowa, le nord du Missouri, le sud-ouest du Minnesota, le nord-est du Kansas et l’est du Nebraska. De plus, l’USDA a annoncé qu'une nouvelle enquête serait exceptionnellement effectuée sur les superficies récoltées du maïs et du soya dans le Dakota du Nord et le Minnesota. Par contre, l’accord commercial préliminaire entre les États-Unis et la Chine qui a été annoncé n’est toujours pas finalisé. Malgré l’annonce de M. Trump, la Chine n’est toujours pas prête à signer la « première phase » de l’entente – M. Xi exigerait des négociations additionnelles pour finaliser les détails. De plus, le secrétaire au Trésor américain a dit que les tarifs douaniers supplémentaires étaient toujours prévus pour le 15 décembre à défaut d’une entente.

Le rapport sur l’état des cultures aux États-Unis ne contenait pas de surprise. Le battage est complété à 22 % pour le maïs, à 26 % pour le soya et à 94 % pour le blé de printemps; 65 % du blé d'automne est semé. Normalement, la récolte du blé de printemps devrait être achevée, mais la neige et le gel ont causé d’importants retards dans les plaines du nord. Il va sans dire que le blé qui n’était pas récolté avant la tempête de neige de la semaine passée sera déclassé.

Le rythme des ventes américaines de maïs à l’exportation demeure très lent, alors que celui du soya continue sur la trajectoire haussière amorcée en septembre. Les exportations ont totalisé 369 000 tonnes de maïs, 1,6 million de tonnes (Mt) de soya et 395 000 tonnes de blé. Depuis le début de l’année récolte, les ventes de maïs accusent un retard de 103 % (!) par rapport à l’an passé, alors que celui-ci n’est plus que de 13 % pour le soya; les exportations de blé sont en avance de 15 %. Dans le rapport d’octobre, l’USDA a réduit la prévision des exportations de maïs de 2050 à 1900 millions de boisseaux (Mbu), contre 2065 Mbu en 2018-2019. L’USDA s’attend donc à une baisse de 6,5 Mt des exportations de maïs cette année par rapport à l’an passé, alors que le retard est présentement de 10,7 Mt. Certes, il reste du temps pour un rattrapage, mais le maïs américain fait toujours face à une concurrence féroce de la part du maïs brésilien, auquel viennent se rajouter les maïs argentin et ukrainien.

Le marché a été surpris par la trituration du soya aux États-Unis, qui a été très en deçà des attentes en septembre. Après une cadence très élevée au cours des derniers mois, la trituration a chuté à 152,6 Mbu, comparativement à 168,1 Mbu en août.

Les exportations de grains de l’Ukraine ont démarré à toute vitesse en raison des ventes de blé. Depuis le 1er juillet, celles-ci se sont établies à 15,4 Mt, soit 39 % de plus qu’à pareille date l’an passé, incluant 9,9 Mt de blé, 3 Mt d’orge et 2,4 Mt de maïs.

La météo demeure capricieuse au Brésil, avec des précipitations éparses et irrégulières. Les semis du soya ne sont pas en retard par rapport à la moyenne – ils sont complétés à 11 % – et le rythme des ensemencements ne présente pas de risque actuellement pour les rendements. Par contre, le battage ne sera pas hâtif comme en 2019 alors qu’il avait commencé au début de février, ce qui veut dire que la deuxième récolte de maïs (safrinha) sera semée un peu plus tard en 2020, ce qui pourrait la rendre plus à risque. En Argentine, les semis du maïs progressent assez bien, avec un léger retard par rapport à l’an passé. Les pluies ont été plutôt bonnes dans le centre et l’est du pays, alors que l’ouest est sec. Mais ce n’est pas la météo qui est un défi pour les producteurs argentins. L’Argentine traverse une crise économique et financière aiguë alors que le pays est à la veille d’élire un gouvernement de gauche. Les producteurs craignent un retour des taxes sur les exportations de grains, lesquelles avaient durement affecté leurs revenus.

Le rapport de La Financière agricole du Québec sur l’état des cultures indique que le battage est complété à 96 % pour le blé, à 95 % pour l’orge, à 83 % pour l’avoine, à 69 % pour le canola et à 41 % pour le soya. La récolte d’avoine et de blé est toujours en cours dans la région de la Chaudière-Appalaches et de Capitale-Nationale ainsi que dans les régions périphériques. Le battage du soya est en cours dans toutes les régions, excepté au Bas-Saint-Laurent. La récolte du canola se déroule lentement au Saguenay–Lac-Saint-Jean et elle est terminée en Chaudière-Appalaches et dans la région de la Capitale-Nationale. La gelée a mis fin au développement du maïs-grain, enclenchant son mûrissement dans l’ensemble des régions, sauf celles à l’extrême sud-ouest, où il n’y a pas eu de gel. Les bases locales pour une livraison immédiate ont commencé la semaine à 2,43 $ CA/bu pour le maïs et 2,63 $ CA/bu pour le soya, et elles l’ont terminée à 2,51 et 2,55 $ CA/bu, respectivement. Pour une livraison à la récolte, la base du maïs a débuté la semaine à 1,72 $ CA/bu et l'a conclue à 1,63 $ CA/bu.

 

Évolution des contrats à terme du maïs et du soya à la Bourse de Chicago

Source : REUTERS

Pour aller plus loin

Sur le même thème