L'Hebdo

L'Hebdo

L'Hebdo est le bulletin hebdomadaire du Service d’information sur les marchés des Producteurs de grains du Québec. Il fait le point sur les faits saillants des marchés pour la semaine.


Dernière édition : Semaine du 15 au 18 avril 2019

Date de publication : Le 23 avril 2019

La Bourse de Chicago a connu une semaine (écourtée) baissière. Le constat est évident, mais on cherche en vain une explication claire. Certains citent l’éternelle correction technique, une réponse simple, voire simpliste quand on est en manque d’arguments. D’autres se basent sur le rapport hebdomadaire américain sur l’état des cultures. Or ce rapport est mixte. Certes, l’état du blé d’automne est un facteur baissier avec 60 % du blé en « bonne ou excellente condition ». Par contre, la progression des semis du blé de printemps est très lente, ce qui constitue un facteur haussier : ceux-ci sont complétés à 2 %, comparativement à la moyenne de 13 %. Quant à la progression des ensemencements du maïs, ils présentent aussi un certain retard puisqu’ils sont complétés à 3 %, contre la moyenne de 5 %. Il y a aussi des analystes qui invoquent la météo du Midwest. Le mouvement baissier en Bourse pourrait tout simplement être lié au rapport mensuel de l’USDA sur les offres et demandes de grains, publié la semaine précédente. Ce rapport est négatif pour le maïs : la demande américaine pour l’alimentation animale et l’éthanol est en baisse, les exportations sont également en baisse, et les inventaires augmentent de 200 millions de boisseaux en 2019. Étrangement, à la suite de la publication de ce rapport, les contrats à terme du maïs étaient demeurés stables. La réalité a-t-elle rattrapé la Bourse de Chicago?

Les ventes hebdomadaires américaines à l'exportation sont bonnes pour le maïs et le blé, mais décevantes pour le soya. Elles ont totalisé 948 000 (ancienne récolte) et 18 000 tonnes (nouvelle récolte) pour le maïs, 382 000 et 21 000 tonnes pour le soya, ainsi que 318 000 et 228 000 tonnes pour le blé. La trituration du soya aux États-Unis a atteint un niveau quasi record de 170 millions de boisseaux en mars. Par ailleurs, les prévisions météo de NOAA pour le mois de mai sont favorables pour le Midwest. L’agence météorologique prévoit des précipitations normales, accompagnées de températures au-dessus de la normale pour le centre et l’est de la Corn Belt et le Minnesota.

Les exportations de grains de l’Ukraine ont déjà atteint plus de 40 millions de tonnes, dépassant le volume total des ventes de l’an passé.

Les informations sur le cheptel porcin chinois se multiplient et confirment l’amplitude du désastre causé par la peste porcine africaine. En mars, le cheptel était en baisse de 19 % par rapport à pareille date l’an passé. La demande de grains pour l’alimentation animale est en baisse, ce qui contribue à expliquer la diminution des importations chinoises de soya. En effet, certains analystes estiment que la demande en tourteau de soya chutera de 5,5 % en 2019.

Le battage du soya est complété à 88 % au Brésil, comparativement à la moyenne de 85 %.

Au Québec, la météo n’a pas été favorable récemment, avec du temps frais et des précipitations sous forme de pluie et de neige. Les bases du maïs ont commencé la semaine à 1,89 $ CA/bu pour une livraison immédiate et 1,31 $ CA/bu pour une livraison à la récolte, et elles l’ont terminée à 2,06 et 1,31 $ CA/bu, respectivement. Quant au soya, lundi, elles ont été de 2,54 $ CA/bu pour une livraison immédiate et 2,59 $ CA/bu pour une livraison à la récolte, et elles ont clôturé la semaine à 2,58 et 2,60 $ CA/bu, respectivement.

 

Évolution des contrats à terme du maïs et du soya à la Bourse de Chicago :

Source 
:
REUTERS

Pour aller plus loin

Sur le même thème