L'Écho-Marché - Janvier 2019


Publié le: 01 février 2019

Dernière édition : Janvier 2019

Date de publication : 1er février 2019

 

LE RAPPORT MENSUEL DE l’USDA SUR L'OFFRE ET LA DEMANDE

 

Le rapport mensuel du département américain de l’Agriculture (USDA) sur l’offre et la demande dans le secteur des grains n’a pas été publié en raison du shutdown. Depuis le 22 décembre, le gouvernement américain a été partiellement paralysé à cause d’un différend qui oppose Donald Trump et les démocrates concernant le financement du mur devant séparer le Mexique des États-Unis, une promesse phare du président américain. Cette situation a touché près de 800 000 employés fédéraux, qui n’avaient pas reçu de salaire depuis, et dont la plupart ne pouvaient plus travailler. L'USDA faisait partie des organisations gouvernementales affectées par cette paralysie.

Ainsi, en plus d'être privés du rapport mensuel de l’UDSA, les marchés n’ont plus eu accès aux informations sur les ventes hebdomadaires à l’exportation ni à celles sur les ventes de plus de 100 000 tonnes qui doivent être reportées. Par conséquent, les marchés boursiers n’ont pas pu savoir si des achats chinois de fèves américaines avaient eu lieu depuis décembre.

Néanmoins, le 25 janvier, Donald Trump annonçait une entente provisoire avec les démocrates pour un budget permettant le paiement des fonctionnaires de l’État jusqu’au 15 février, et ainsi, leur retour au travail. Le rapport mensuel de l’USDA sera publié comme prévu le 8 février, mais les autres rapports seront retardés de quelques semaines. D’ailleurs, les démocrates et Donald Trump sont très loin d’une entente et la paralysie gouvernementale pourrait bien reprendre dès le 15 février.

 

 



  

LA GUERRE COMMERCIALE

Les négociations entre la Chine et les États-Unis se sont poursuivies sans en arriver à un accord. La trêve entendue entre les deux pays en décembre dernier s’étendra jusqu’au 1er mars. D'ici là, deux rondes de négociation ont eu lieu. Les pourparlers semblent s’être bien déroulés selon les différentes parties, mais aucun communiqué officiel n’a été présenté. Un accord sera entendu entre les deux pays seulement lorsque Donald Trump et Xi Jinping se rencontreront officiellement.

 

LES RÉCOLTES AU BRÉSIL

Depuis décembre, les précipitations ont diminué au Brésil. Le Mato Grosso a souffert du manque de pluie. Le Paraná, déjà très sec, en a reçu une quantité appréciable, mais il était trop tard car les récoltes ont commencé. Au Brésil, les récoltes de soya sont complétées à 6 % et sont en avance vis-à-vis de l’an passé et de la moyenne quinquennale. Les rendements ont déçu les producteurs. Par rapport à leurs attentes, les pertes de rendements seraient de 10 à 15 % au Mato Grosso et de 60 % au Paraná. Les firmes d’analyse ont réduit leurs estimations de la production, qui se situent aux alentours de 117 millions de tonnes (Mt), par rapport à celle de l’USDA à 122 Mt en décembre. Les semis de maïs safrinha ont débuté : ils sont complétés à 6 %, en hausse de 5 % comparativement à l’an passé et à la moyenne des cinq dernières années.

 

LES RÉCOLTES EN ARGENTINE

Les pluies ont repris en Argentine, ce qui semble avoir remédié à la sécheresse dans certaines régions. Par contre, dans d'autres parties de l’Argentine, on prévoit ressemer et fort probablement ne pas récolter toutes les superficies. Les semis de soya sont terminés à 99 % et la condition de bonne à excellente est de 51 %. La floraison du soya est à 39 % et le remplissage de la gousse est à 11 %. Les semis de maïs sont complétés à 89 %, ce qui les place légèrement sous la moyenne quinquennale. La condition de bonne à excellente est de 55 %.

 

LES BASES LOCALES

Le dollar canadien a chuté de près de 2 ¢ US en décembre, suivant le rythme du pétrole brut, qui se dépréciait sous la crainte d’une surproduction internationale et d’un ralentissement économique mondial. Au cours de janvier, les pays membres de l’OPEP se sont entendus pour réduire la production de pétrole brut, et l’or noir s’est redressé en Bourse, entrainant le huard à sa suite. Cela a compensé les pertes de décembre.

Les bases locales pour livraison immédiate se sont appréciées pour le maïs, mais elles se sont dépréciées pour le soya. En janvier, elles ont été en moyenne de 1,58 $ CA/bu (26 ¢ US/bu) pour le maïs et 2,57 $ CA/bu (-33 ¢ US/bu) pour le soya, comparativement à décembre à 1,47 $ CA/bu (14 ¢ US/bu) et 2,83 $ CA/bu (-13¢ US/bu), respectivement. Pour une livraison à la récolte, les bases ont été en moyenne de 1,21 $ CA/bu (-7 ¢ US/bu) pour le maïs et 2,70 $ CA/bu (-31 ¢ US/bu) pour le soya, par rapport à décembre à 1,27 $ (-7¢ US/bu) et 2,89 $ CA/bu (-26 ¢ US/bu), respectivement.

 


LES PRIX LOCAUX

Le tableau et le graphique suivants présentent l'évolution du prix au comptant du maïs et du soya par période de livraison.

1- MAÏS ET SOYA

 Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er février 2019



 SourceMarché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er février 2019

 

2- CÉRÉALES

Le tableau suivant indique l’évolution du prix courant des céréales et de celui du canola au cours des derniers mois. En consultant directement les diffusions du marché local, vous pourrez observer les prix minimums et les maximums.

Évolution du prix courant des céréales et du canola par mois

Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er février 2019


 

Rapports à surveiller en février:

 

 


 

Service de l'information sur les marchés

Téléphone: 450 679-0540