Publié le: 06 août 2018

L'Écho-Marché

 

L'Écho-Marché est le bulletin mensuel du Service d’information sur les marchés. Il fait le point sur les événements du mois qui ont fait réagir le marché des grains. Il est publié le premier jour ouvrable de chaque mois.


Dernière édition : Juillet 2018

Date de publication : 1er août 2018

 

LE RAPPORT MENSUEL DE l’USDA SUR L'OFFRE ET LA DEMANDE

Pour la première fois depuis le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine, le département américain de l’Agriculture (USDA) a révisé à la baisse les exportations américaines et les importations chinoises de soya; il a attendu que les sanctions chinoises de 25 % sur le soya américain entrent en vigueur, le 6 juillet passé, pour ajuster les révisions. De plus, l’USDA n’a pas touché aux rendements du maïs et du soya, malgré la bonne progression des cultures, et il a intégré les changements sur les superficies du 29 juin dernier.

Maïs

La production s’est accrue de 190 millions de boisseaux (Mbu). La demande fourragère et résiduelle s’est accrue de 75 Mbu, celle pour l’éthanol a fléchi de 50 Mbu, et les exportations se sont intensifiées de 125 Mbu. Les inventaires ont alors décliné de 25 Mbu, ce qui les porte à 1,56 milliard de boisseaux. Le prix moyen a été dévalué de 10 ¢/bu pour se situer à 3,80 $/bu.

Sur l’échiquier mondial, pour 2017-2018, la production et les exportations brésiliennes ont été corrigées à la baisse, de 1,5 million de tonnes (Mt) et de 3 Mt, respectivement. Pour 2018-2019, la demande globale a été renforcée de 3,66 Mt grâce à la croissance de la demande chinoise. Les stocks mondiaux ont donc été réduits de 2,73 Mt, ce qui les porte à 151,96 Mt.

Soya

La production a été élevée de 30 Mbu. La trituration a grimpé de 45 Mbu, mais les exportations ont plongé de 250 Mbu. Par conséquent, les stocks se sont accrus de 190 Mbu et s'établissent à 580 Mbu. Le prix moyen a perdu 75 ¢/bu et il se situe à 9,25 $/bu.

À l’international, pour 2017-2018 : la production brésilienne a été intensifiée de 0,5 Mt, à un niveau record de 119,50 Mt, et la trituration chinoise a été réduite de 3 Mt. Pour 2018-2019, ce qui retient l’attention est la forte diminution des importations chinoises, de 8 Mt. Les inventaires sont ainsi renforcés de 11,25 Mt, pour atteindre 98,27 Mt.

Blé

Les rendements ont été corrigés à la hausse de 0,6 boisseau à l’acre. La production a été intensifiée de 54 Mbu, la demande a été élevée de 10 Mbu et les exportations se sont intensifiées de 25 Mbu. Les inventaires sont augmentés de 39 Mbu pour se situer à 985 Mbu. Le prix s’est dévalué de 10 ¢/bu pour se porter à 5 $/bu.

Au niveau mondial, la production a chuté de 8,43 Mt en raison d’une diminution de la récolte de 2 Mt en Australie, de 4,4 Mt en Union européenne, de 1 Mt en Chine, de 1,5 Mt en Russie et de 1 Mt en Ukraine. La demande mondiale s’est repliée à cause, principalement, de la baisse de la demande de 1 Mt en Asie du Sud-Est et de 1,5 Mt en Union européenne. Les stocks mondiaux ont donc décliné de 5,28 Mt, ce qui les fixe à 260,88 Mt.

 

 

 

* Prévisions

Source: USDA - 12 juillet 2018



  

SUPERFICIES ENSEMENCÉES DES ÉTATS-UNIS ET DU CANADA

Les superficies ensemencées des États-Unis et du Canada ont été publiées. Voici les superficies des 3 principaux grains américains en millions d’acres, et les variations par rapport à 2017 : soya 89,6 (-0,6 %), maïs 89,1 (-1,2 %), blé 47,8 (+4 %). Le soya devient donc la première culture aux États-Unis pour la première fois en 35 ans, alors que l’année passée, le maïs et la fève étaient ex aequo.

Pas de surprises du côté de Statistique Canada. Les intentions d’ensemencement en avril indiquaient pour le Canada des baisses substantielles des superficies du soya et du canola au profit du blé, et au Québec une forte remontée du maïs aux dépens du soya. Les chiffres du 29 juin confirment mais modèrent ces tendances – sauf pour le soya où la baisse nationale s’accentue en raison de la dégringolade des superficies au Manitoba et en Saskatchewan. Voici les superficies des principales cultures au Canada en milliers d’hectares, et les variations par rapport à 2017 : blé 10 068 (+10,3 %), canola 9 203 (-1,1 %), orge 2 630 (+12,7 %), avoine 1 235 (-4,6 %), maïs 1 470 (+1,6 %), soya 2 558 (-13,2 %). Quant au Québec, voici les superficies des principales cultures en hectares, et les variations par rapport à 2017 : maïs 385 700 (+1,5 %), soya 370 300 (-7 %), blé 89 500 (-4,8 %), orge 54 600 (+3 %), avoine 74 100 (+23,5 %), canola 13 400 (-10,7 %). Le maïs redevient donc la première culture au Québec, talonné de près par le soya.

 

BLÉ GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉ

La Corée du Sud a annoncé la reprise des achats de blé canadien, interrompus à la suite de l’annonce faite le 14 juin de la découverte de quelques plants de blé génétiquement modifié l’été passé sur une route d’accès dans le sud de l’Alberta. L’enquête exhaustive a démontré que ce blé ne se trouve pas ailleurs et qu’il n’est pas entré dans la chaîne alimentaire.

 

 


LES PRIX LOCAUX

Le tableau et le graphique suivants présentent l'évolution du prix au comptant du maïs et du soya par période de livraison.

1- MAÏS ET SOYA

 Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er août 2018



 SourceMarché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er août 2018

 

2- CÉRÉALES

Le tableau suivant indique l’évolution du prix courant des céréales et de celui du canola au cours des derniers mois. En consultant directement les diffusions du marché local, vous pourrez observer les prix minimums et les maximums.

Évolution du prix courant des céréales et du canola par mois



 

Source: Marché local (FAB Ferme), PGQ - au 1er août 2018


 

Rapports à surveiller en août:


 

Service de l'information sur les marchés

Téléphone: 450 679-0540

 

 

Pour aller plus loin

Sur le même thème