Les nouvelles projections de l'USDA - 13 mars 2019

Les nouvelles projections de l'USDA

Chronique Les tendances de la Terre de chez nous publiée le 13 mars 2019

Par Étienne Lafrance, agent d'information sur les marchés

 

Les 20 et 21 février derniers, le département américain de l’Agriculture (USDA) a dévoilé ses premières projections pour la prochaine année de récoltes lors de son forum sur les perspectives agricoles.

D’après les données de l’USDA, les superficies ensemencées en maïs devraient croître de 2,9 millions d’acres (Ma) au détriment de celles du soya qui chuteront de 4,2 Ma. Celles du blé fléchiront de 0,8 Ma, car les superficies semées en blé d’automne toucheront un creux historique depuis 1909. En somme, un retour à la normale pour ces trois principales cultures est à prévoir puisque les producteurs américains sèmeront 2,1 Ma de moins qu’en 2018.

Stocks et rendements

Les rendements du maïs et du soya seront légèrement inférieurs à ceux de l’année précédente, se situant respectivement à 176 et à 49,5 boisseaux à l’acre (bu/a). La production de maïs s’accentuera de 470 millions de boisseaux (Mbu), tandis que celle de soya se réduira de 369 Mbu. Le rendement du blé sera légèrement supérieur à 47,8 bu/a, ce qui augmentera la production de 18 Mbu, malgré la diminution des superficies.

Les stocks de maïs s’inclineront grâce à la croissance de la demande pour nourrir les animaux. Ceux du soya fléchiront à cause de la baisse des approvisionnements au Brésil et d’une forte demande internationale, ce qui renforcera les exportations américaines, malgré la mise en place des tarifs chinois. L’offre de blé déclinera en raison des faibles stocks de départ. En somme, ce portrait laisse présager un scénario un peu plus haussier comparativement à 2018, sans toutefois annoncer un bond fulgurant des prix, puisque celui du soya devrait se redresser de 20 ¢ US/bu alors que celui du maïs et du blé s’élèvera de 5 ¢ US/bu.

Or, un certain recul s’impose par rapport à ces données. En effet, les projections sur les exportations de soya peuvent être remises en question, car elles ne tiennent pas compte du rythme actuel des ventes qui accusent un retard sur celles de l’an passé. Pourtant, les ventes de soya à l’étranger seraient légèrement inférieures (-7 %) à celles des années précédant la guerre commerciale avec la Chine. D’ailleurs, la récolte brésilienne sera bonne et précoce cette année. De plus, les superficies ensemencées pour les trois principaux grains seraient les plus faibles en huit ans, ce qui ne semble pas normal contrairement à ce que l’USDA prétend. Le mystère demeure à savoir quelles seront les autres cultures qui combleront ce vide laissé par les trois principaux grains.

Ces estimations seront mises à jour lors du dévoilement des perspectives d’ensemencement le 29 mars prochain.

 

Offre et demande du blé, du maïs et du soya pour 2019-2020

 Source : USDA