Chronique TCN - 22 mai 2019

Le cycle baissier se poursuit

Chronique Les tendances de la Terre de chez nous publiée le 22 mai 2019

Par Étienne Lafrance, agent d'information sur les marchés

 

Le 10 mai, le département américain de l’Agriculture (USDA) a dévoilé ses premières estimations d’offre et de demande des grains pour l’année récolte 2019-2020. Par rapport à l’an dernier, ces projections montrent une croissance de la demande pour les grains grâce aux faibles prix et à l’abondance des stocks.

Selon les données, la production américaine de maïs augmentera de 610 millions de boisseaux (Mbu) et celle du soya s’inclinera de 394 Mbu. Les exportations du maïs se replieront en raison de la plus forte compétitivité à l’international. Celles du soya, au contraire, devraient reprendre des parts de marché qu’elles ont perdues l’an passé, grâce à son prix qui bat la concurrence.

Pour le maïs, les stocks s’accroîtront de sorte qu’ils deviendront les plus élevés depuis 1987-1988. De leur côté, ceux du soya demeureront à des niveaux constants, mais élevés. Par conséquent, l’USDA estime donc que le prix des grains se dépréciera de 20 ¢ US/bu pour le maïs et de 45 ¢ US/bu pour le soya.

À l’international, les stocks de maïs s’inclineront de 11,23 Mt puisque la Chine diminue ses propres approvisionnements. Par contre, en excluant ce pays, les stocks mondiaux seront plutôt relevés de 6,79 Mt. Ceux du soya resteront relativement stables. Les importations chinoises pour 2018-2019 qui ont été revues à la baisse de 2 Mt, les portant à 86 Mt, alors que ceux de 2019-2020 s’élèveront à 87 Mt. Les importations chinoises ne se sont pas redressées à cause de la peste porcine africaine qui exerce une influence sur la demande en tourteau de soya.

Malgré ce portrait franchement négatif, les marchés n’ont pas réagi de façon trop importante aux données de l’USDA. La raison principale est que depuis près d’un an, les contrats à terme des grains fluctuent au rythme des négociations entre les États-Unis et la Chine, agissant comme un baromètre qui mesure le degré d’espoir d’un éventuel accord. Tout semble indiquer que la tendance se poursuivra en 2019-2020 et que le prix des grains à la Bourse de Chicago continuera son cycle baissier.

 

Offre et demande du maïs et du soya pour 2019-2020

Source: USDA


 

Pour aller plus loin

Sur le même thème