Élections provinciales 2018 : les partis doivent reconnaître l'importance du secteur des grains

En vue des élections québécoises de 2018

À l’approche des élections générales québécoises du 1er octobre 2018, les Producteurs de grains du Québec vous présentent un court dossier sur les enjeux les plus importants en vue d’assurer une production québécoise de grains en croissance au cours du prochain mandat du gouvernement.

Le cycle électoral québécois dure quatre ans. Le 1er octobre prochain, le Québec vivra la première élection générale à date fixe de son histoire.

L’élection générale est le moment démocratique par excellence pour les citoyens et les différents groupes de la société de faire valoir leurs intérêts et de placer les bases sur lesquelles les députés de l’Assemblée nationale, les ministres et le gouvernement mèneront le Québec durant les quatre années suivantes.

À cette occasion, nous, les quelque 11 000 producteurs de grains du Québec, devons saisir l’opportunité d’amener nos enjeux à l’attention des décideurs de demain, pour s’assurer que le prochain gouvernement et les 125 députés de l’Assemblée nationale tiennent compte de notre réalité et de nos intérêts dans leurs futures décisions.

En tant que regroupement, les Producteurs de grains du Québec seront particulièrement actifs au cours de la période électorale afin d’obtenir des engagements favorables au secteur des grains, que ce soit par des interventions publiques ou par des discussions avec les principaux partis en lice.

Cela dit, comme vous le savez plus que quiconque, le Québec est avant tout composé de l’ensemble de ses régions. En ce sens, l’action locale, sur le terrain, est très importante. Nous vous proposons donc, dans les sections suivantes, les principales demandes des Producteurs de grains du Québec et certaines idées de gestes que chaque producteur pourra poser, à titre de citoyen, pour contribuer à l’effort et tirer le meilleur de notre démocratie.

Ainsi, les sections « Nos demandes » et « Que faire » présentent respectivement les demandes d’engagements sur lesquelles nous voulons amener les partis politiques à se positionner, ainsi que les gestes qui peuvent être posés par nous tous, comme productrices et producteurs.

 

Nos demandes

Au cours des dernières années, le secteur des grains a été la proie de plusieurs décisions gouvernementales lourdes de conséquences pour sa compétitivité. L’heure est maintenant à l’action pour corriger la situation.

En effet, les dernières annonces gouvernementales ont été marquées par les réinvestissements dans de nombreux secteurs. Or, jusqu’ici, la production de grains a été laissée de côté.

La campagne électorale est donc l’occasion de rappeler aux partis et à leurs candidats que la production de grains du Québec représente 11 000 producteurs de toutes les régions du Québec, un chiffre d’affaires annuel de près de 1,3 milliard de dollars et quelque 20 000 emplois directs en production et transformation des grains.

Afin d’établir les bonnes bases en vue des quatre prochaines années, il est également important de faire valoir nos préoccupations pour chacun des aspects de la production de grains. Nous demandons donc à tous les partis politiques de s’engager à réaliser les actions suivantes au cours du prochain mandat :

  1. Améliorer les programmes de sécurité du revenu, notamment en matière de protection financière contre les cycles prolongés de bas prix du grain;
  2. Récupérer un montant équivalent au solde résiduel de 38 millions de dollars du Programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA) pour l’amélioration de la productivité du secteur des grains;
  3. Bonifier les programmes de soutien en agroenvironnement, notamment par la mise en place de mesures d’atténuation des impacts négatifs de la nouvelle réglementation sur les pesticides et de mécanismes de rétribution des investissements réalisés par les producteurs pour s’adapter aux exigences environnementales;
  4. Poursuivre la recherche structurée sur les besoins de traitement des semences, notamment par la mise en place d’une nouvelle d’une nouvelle étude québécoise élargie sur l’impact agronomique des semences traitées aux insecticides;
  5. Reconnaître les impacts économiques importants des mesures restrictives à la culture des bandes riveraines et favoriser la mise en place d’une compensation adéquate;
  6. Mettre en place des mesures de compensation de l’asymétrie des normes et programmes qui défavorisent la production québécoise, que ce soit face aux autres secteurs économiques québécois (ex. : taxe carbone) ou face à la concurrence étrangère (ex : soutien du revenu);
  7. Assurer la poursuite du groupe de travail sur la fiscalité agricole et s’engager à mettre ses recommandations en œuvre afin de limiter le choc foncier que vivent les producteurs;
  8. Mettre en place un groupe de travail sur la compétitivité du secteur des grains assurant la participation des autorités politiques et mandaté pour formuler des recommandations au gouvernement.

Les engagements du prochain gouvernement quant à ces attentes des Producteurs de grains du Québec seront déterminants pour la capacité du secteur de la production de grains à atteindre son plein potentiel économique et à fournir des produits de qualité supérieure aux Québécois. Ces demandes sont les clés qui permettront aux producteurs de grains du Québec de faire face à leurs concurrents étrangers et de se démarquer dans l’économie mondiale.

 

Que faire ?

Sur la base des demandes d’engagements des Producteurs de grains du Québec, tous les producteurs peuvent s’impliquer concrètement dans le processus démocratique et aider à atteindre ces objectifs.

Ainsi, comme productrice ou producteur, vous pouvez apporter votre grain de sel dans ce processus en posant, par exemple, les gestes suivants :

  1. Questionner les députés de votre région par courriel, par la poste ou autrement, sur les engagements de leur parti pour la production de grains;
  2. Interpeller tous les candidats, directement ou à l’occasion de débats publics, en leur faisant part des demandes qui vous tiennent le plus à cœur ou en leur posant des questions sur les moyens qu’ils comptent prendre pour aider les producteurs de grains de leur région;
  3. Être actif sur les réseaux sociaux pour partager les nouvelles et relayer l’information;
  4. Participer aux efforts de mobilisation qui seront déployés par les Producteurs de grains du Québec (PGQ) et l’Union des producteurs agricoles (UPA) d’ici l’élection;
  5. Et bien entendu, ALLER VOTER LE 1er OCTOBRE 2018!

Pour vous aider à vous mettre en marche, voici des liens vers la liste des députés de l’Assemblée nationale et vers les pages web des partis politiques provinciaux sur lesquels on peut retrouver les coordonnées des candidats :

Bien entendu, tout geste doit être fait de façon respectueuse envers les gens qui s’impliquent en politique. Une attitude constructive sera la meilleure façon de faire vivre notre démocratie et de positionner nos enjeux comme des points tournants de la prochaine campagne électorale.

 

Télécharger le texte en version PDF